banner mr heli pixelrealms

Le jeu du hasard ou l’art du test aléatoire N°5 : Mr Heli sur Pc engine .

Salut les rétro gamers , nous revoilà encore une fois parti dans les limbes de la culture vidéoludique pour continuer notre exploration archéologique du filon numérique. Autant vous dire qu’on n’est pas prêt d’arrêter de creuser au vu de la richesse de la mine sur laquelle nous sommes tombés .

Et aujourd’hui pour survoler le site des fouilles , on va choisir de prendre l’hélicoptère et continuer nos recherches sur un bon petit jeu que les fans de NEC connaissent déjà certainement :

MR HELI NO DAIBOUKEN sur PC Engine.

L’histoire personnelle que j’ai avec ce jeu est plutôt récente malgré le grand âge de celui ci. 
Car même si ma passion du jeu vidéo ne date pas d’hier, celle de l’envie de me créer une collection est beaucoup plus récente ( bah oui, faut des sous pour ça et faut avoir le boulot qui va avec pour les gagner à la sueur de son front ^_^ )

A l’aube de mes trente ans, mes amis décidèrent de me faire un cadeau destiné à rentrer dans cette modeste collection qu’est la mienne .
Et quel cadeau ! Une PC ENGINE GT !! (Elle a rendu l’âme depuis sniff …)


Et dans ce grand bonheur , mon ami Sydney , fier possesseur d’une PC Engine lui aussi , me fit découvrir un jeu que je ne connaissais pas mais qui méritait toute mon attention : le fameux Mr Heli , shmup rafraîchissant nous mettant aux commandes d’un hélicoptère parti combattre tous les vils gredins peuplant le soft.

Jacquette Pc Engine du jeu

Pour ma part, il est vrai que je n’ai pas pensé de première emblée à tester ce jeu (ce n’est pas le genre de soft qui nous vient directement à l’esprit à ce moment là )mais un commentaire en faveur de Mr heli sur mon dernier article me remit sur sa piste et je me suis dit : il a raison ce gars, c’est un sacré bon p’tit jeu !! Et il mérite lui aussi de retrouver une place de choix, ici et maintenant,  sur ce blog !!

Je m’en vais donc tester ce jeu, armé de mon meilleur matériel archéologique et vous conter la fabuleuse histoire de Mr heli nô daibouken.

HISTORIQUE :

Mr Heli nous ramène dans l’âge d’or des salles d’arcade et de l’ambiance survolté de ces endroits de débauche vidéo ludique , soit en 1987 et en décembre plus précisément pour sa sortie japonaise .


Son titre « Mr heli nô daibouken » se traduit littéralement en anglais par « Mr heli’s great adventure » mais se retrouve, bizarrement, à l’extérieur de l’archipel nippon sous un toute autre nom : « Battle Chopper ».

Le titre voir le jour sur le hardware arcade M72 , celui même qui servira de source d’inspiration à de nombreux grands titres de l’éditeur : Dragon Breed, Hammerin’ Harry ,R-type 1 et 2, Legend of hero tonma ou encore Nina Spirit .
On peut donc affirmer que les développeurs se sentaient comme des poissons dans l’eau sur ce système et que la créativité n’avait plus qu’à faire office de carburant à fournir au moteur du succès .

Sorti la même année que R-type, IREM tente de s’imposer avec ses softs comme un acteur de premier plan dans le domaine très porteur et ultra concurrentiel du shmup , style de jeu star de cette période .
L’éditeur tente donc de varier au maximum les plaisirs en nous livrant des jeux avec des identités graphiques diverses et variées. Il n’hésite pas à nous faire voyager au gré d’univers sombres rongés par une invasion alien ( R-type ) à une ambiance beaucoup plus colorée (Mr Heli).

Il y en a donc pour tous les goûts.


Mais alors que nous connaissons aujourd’hui le succès et toute la portée que R-Type a eu sur l’industrie du shmup , qu’en a t’il été de Mr Heli ?


Le jeu a t-il connu le succès ?

Et possède t-il toutes les qualités ludiques nécessaires ?


La réponse, dans la suite de l’article … ( ouah suspense … Cliffhanger de malade !! Bref poursuivons …)

Concernant son succès , il est aujourd’hui très difficile, sans avoir de contact direct avec IREM, de connaître l’attrait commercial qu’a pu avoir le jeu à l’époque et son nombre de vente précis sur chaque support . Cependant ce qui est sûr , c’est qu’ IREM a voulu pérenniser le projet car suite à sa sortie arcade de 1987 , de nombreux portages sortirent des cartons en 1989 et de nombreuses plate formes de l’époque y ont eu droit :Commodore 64, Amiga, Amstrad CPC, ZX Spectrum ,Atari ST ET la fameuse Pc Engine.

Dernier point à préciser, tous ces portages furent développés par une société tierce du nom de Firebird, à l’exception de la version PC Engine qui eut le grand honneur d’être développé par son géniteur , IREM himself.


Faut il voir dans tout ceci un acte militant de la part de ses géniteurs pour la console chérie des nippons créés par des nippons ?


Ou IREM avait il eu à l’époque l’idée géniale de choisir des développeurs différents aptes à s’adapter aux contraintes des différents hardwares occidentaux et asiatiques ?


Je pense sincèrement répondre oui à ces deux questions mais cela ne sont que des hypothèses qui n’engage que moi. 
Les questions resteront ouvertes, faute de preuves factuelles.

PASSONS AU JEU LUI MÊME ET SON SCENARIO  :

Le pitch du jeu ne réinvente pas le fil à couper l’eau chaude et reste classique, mais efficace.

Notre fier girocoptère se voit affublé la lourde tâche de défendre une planète de l’autre côté de l’univers , assailli par une armée de sbires à la solde d’un scientifique fou , prêt à tout pour détruire toute forme de vie à sa surface.

Ni une, ni deux, vous voici embarqué dans une mission de la plus haute importance armé de tout l’arsenal nécessaire dans le but de rétablir l’ordre sur cette belle planète et, croyez moi, ce ne sera pas de tout repos  !!

Voilà  ! Fin du scénario  !!

c’est impressionnant de voir toute cette débauche littéraire pour réussir à élaborer une mise en scène de fou  !!

Trêve de plaisanterie … c’est sûr qu’ils ne se sont pas foulés mais comme je l’ai déjà écrit précédemment dans mes articles, l’intérêt d’un jeu venait essentiellement de son gameplay et de son gamedesign dans ces temps reculés de l’ère jeu vidéo. Et pour le coup , vous allez voir qu’ils ont fait preuve d’audace et d’inventivité sur les deux points sus nommés.

AMBIANCE GRAPHIQUE ET SONORE :

Mr Heli est un jeu possédant un charme certain couplé à une belle variété dans les différents niveaux traversés.

Notre petit hélico rondouillard est tout de suite attachant (nous ne sommes toutefois pas en présence d’un style de jeu kawai, loin de là.), les niveaux possèdent tous une identité graphique propre et la musique , quoi que simpliste, se montre agréable à l’écoute avec ses petites notes enjouées. Il est toutefois bon de noter que cette dernière tient entièrement dans une seule piste musicale pouvant finir par être lassante à la longue.

L’ensemble reste un savant mélange de graphismes mignons (pour exemple le héros) et plus  »adulte » (à travers le design de certains ennemis et l’ambiance des stages devenant un peu plus sombres au fil de notre avancée dans le jeu).

 

 

 

 

l’atmosphère globale parait alors tout à fait calibré pour le public visé des années 80-90, à savoir les jeunes enfants et adolescents. Car il ne faut pas oublier que le public ciblé par le jeu vidéo à l’époque était majoritairement constitué de personnes de moins de 20 ans ( ce qui est moins vrai aujourd’hui, la moyenne d’âge des joueurs ayant sensiblement augmenté).

Malgré toute la bonne volonté des développeurs, on est loin des maitres étalons de la pc engine techniquement parlant et Mr Heli se situe dans la moyenne des bons petits jeux bien réalisés sur ce support.

JOUABILITÉ ET GAMEDESIGN:

Ce qui est sur , c’est que ce jeu surprend dans ces domaines précis car il se permet, contrairement à beaucoup de shmup , d’incorporer une notion d’  »exploration ».

Attention tout de même  !!

On ne va pas se retrouver dans un RPG ou dans un jeu d’aventure exploration à fouiller les moindres recoins d’une carte en monde ouvert, mais Mr Heli se permet le luxe de laisser un peu de temps au joueur pour collecter les différents bonus nécessaires à l’achat des upgrades du petit hélico orange.

car, à l’encontre des autres shmups, le plupart des niveaux possèdent des parties ou le décor n’avance pas tout seul et nous laisse le temps pour collecter le matos nécessaire à notre survie. Toutefois, lorsque vous avez fait avancer le décor, vous ne pouvez pas revenir en arrière ( ça frustre dans les premières parties).

Et oui , dans Mr Heli, il faudra gagner sa croûte en fouillant les niveaux afin de collecter des cristaux se transformant en espèce sonnante et trébuchante pour ainsi acquérir des améliorations qui aideront notre fier héros à dérouiller toute cette racaille de l’espace.

Autre détail original , les niveaux n’ont pas la linéarité connue de ses concurrents et se découpent tous en deux phases  :

une première phase vous met à la poursuite du BOSS dans ces niveaux ouvert en semi exploration menant à un demi-BOSS. Puis arrive une deuxième phase, plus  »classique », ou l’on va affronter le fameux Big méchant himself.

Passons au détail afin de mieux cerner les subtilités de tout ceci.

LES CAPACITES DE BASE:

Premier étonnement , notre hélico possède dès le départ tout un panel de possibilités que l’on découvre au gré des situations.

De plus, il ne possède pas que la possibilité de voler , il sait aussi marcher  !!

Et suivant si vous êtes en l’air ou sur terre,  votre pouvoir offensif va différer  :

Dans les airs vous aurez donc un tir horizontal, plus un missile qui lui, opte pour une trajectoire verticale.

  


Sur terre, on retrouvera une autre capacité nous permettant de tirer des petits boulets de canon.

Cette variété nous permettra donc d’aborder les attaques de nos ennemis de différentes manière et ce, dans toutes les directions .

Un ennemi arrive de dessus , BAM un missile  !!

Par en dessous, BOUM  !! un p’tit boulet  !!

Cool  !!

Mais elles ne serviront pas qu’à éradiquer la racaille extraterrestre. Celles ci nous permettront aussi d’explorer les niveaux afin de détruire les fameuses roches cachant en elles les précieux cristaux nécessaires à l’achat des améliorations de notre hélico.

Et c’est là que l’on aborde l’autre point névralgique de Mr Heli : les cristaux à collecter et les options à acheter  :

Mr Heli, contrairement à la plupart des shmups de la même époque, ne permet pas d’améliorer son arsenal en dézinguant les ennemis et en reprenant les options qu’ils laissent tomber derrière eux ( comme Life Force , Gradius ou R-type).


Il faut détruire une partie du décor modélisé sous forme de rochers friables carrés afin de laisser apparaître des minerais ou cristaux ( ressemblant un peu à ceux de stracraft) et collecter de l’argent.

Avec cette somme dûment gagnée, vous pourrez alors acheter des améliorations disséminées dans les niveaux. À savoir  :

Une première subtilité, intentionnelle de la part des développeurs, apparaît alors car vous ne pourrez pas toutes les acquérir ( faute de gains suffisants disséminés au sein des niveaux ). Il faudra donc réussir à faire l’impasse sur certaines pour en acheter d’autres plus tard et ainsi personnaliser votre hélicoptère de la meilleure façon qu’il soit.

Cela permet d’incorporer un petit peu de réflexion, de stratégie dans les choix que l’on fait et de ne pas se jeter sur la première option venue suivant nos besoins en armement du moment.

On remarque donc que Mr Heli, sous ses allures de shmup enfantin cache une profondeur de gameplay plus poussé qu’il ne laisse apparaître au premier abord.( faites gaffe quand même , on n’est toujours pas dans un tactical RPG …)

Il est bon aussi de signaler que toutes ces améliorations ne seront pas de trop pour venir à bout du challenge offert par le jeu …. Et la ….

Ouch …

On voit bien que c’est IREM qui a développé le jeu et qu’ils n’ont pas renié leurs origines sur l’autel de la facilité. L’ensemble se voit ainsi agrémenté d’une bonne pincée de challenge sur un plat déjà pourtant bien relevé à la base.

Et ce n’est pas l’esprit enfantin, un peu mignon, du jeu qui nous bernera plus de 5 minutes.

Le premier niveau passe encore et nous met en jambe , mais dès le deuxième, le ton monte et le rythme ne ralentira plus  tant que le Game Over ou l’écran de fin ne vous arrêtera pas.Les ennemis nous assailleront de toute part et même le plus endurci des gamers y trouvera une difficulté à la hauteur de ses ambitions .

Il fait savoir en plus que la hitbox du vaisseau est très peu tolérante (on est loin des manic shooters récents et leurs hitbox faméliques souvent réduite à un point au milieu du vaisseau). Le moindre frôlement avec un tir ennemi vous amputera d’un de vos points de vie, et si le compteur tombe à zéro , vous enverra automatiquement AD PATRES.

Car oui , vous m’avez bien lu , dans Mr heli , on possède une barre de vie, chose peu commune dans un shmup, plutôt habitué à la mort directe et punitive.

Cette même barre de vie peut aussi être régénérée grâce à l’une des options disponibles à l’achat avec vos cristaux durement gagnés( le jerrican d’essence).

En sus, dès lors que vous perdez une vie, toutes vos options durement accumulées seront perdues et vous devrez alors repartir au combat avec un hélico destitué de toute amélioration.

La difficulté est donc au rendez vous et vous passerez pas mal de temps à sillonner les niveaux avant d’en voir la fin.

En somme, vous constaterez que notre sympathique Mr Heli se révèle en fait être plutôt complet et travaillé dans sa jouabilité ainsi que dans son gamedesign se révélant étonnamment bien plus élaboré qu’il n’y parait au premier abord.

 

CONCLUSION:

Que retenir finalement de Mr heli ?

Et bien je pense sincèrement que le soft d’IREM peut rentrer aisément dans la catégorie des jeux qui méritait bien plus que l’indifférence dans laquelle il a été plongé malgré lui. Confronté à des gros blockbusters du style (RType en tête), le jeu fut certainement éclipsé et passa au second plan malgré ses qualités.

Pour autant, je peux aisément affirmer que Mr Heli reste, encore aujourd’hui, un très bon shmup qui mérite que l’on s’y attarde. La prise de position dans son gameplay et son gamedesign méritent d’être découvert, même 25 ans plus tard et le temps passé en sa compagnie vous laissera certainement de bons souvenirs.

Pour ma part, il fait désormais partie de ma liste de jeux que je prendrais plaisir à rejouer de temps en temps, juste pour le plaisir de parcourir un shmup au style singulier et accrocheur, bénéficiant d’une identité rare se détachant des autres productions de la même époque.

Voilà !! j’espère vous avoir donner envie de découvrir cette petite pépite restée enterrée trop longtemps dans le terreau vidéoludique pour être oubliée et espère lui avoir redonnée une partie de son éclat perdu par le poids des années.

 

Bon jeu et à bientôt pour de nouvelles aventures rétro numériques !

Dulman.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *